mai 2012 28

Entrevue captée pendant la manifestation étudiante du 22 mai 2012: 100 jours de mépris, 100 jours de résistance.
Avec Raymond Bouchard, comédien

Ici notre rencontre avec Daniel Weinstock, professeur au département de philosophie, Université de Montréal et directeur du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal: http://www.youtube.com/watch?v=ZHqUCthG-cc&feature=plcp

sept 2012 24

Aujourd’hui, nous soulignons l’action du mouvement du 24 septembre. Ce mouvement qui s’est effacé naturellement devant la force d’Occupons Montréal, le 15 octobre 2011 est peu mis en évidence lorsqu’on se penche sur la genèse du printemps québécois. Pourtant, nous avons réussi à canaliser l’indignation collective face au scandale de la corruption dans la gestion des fonds publics en mouvement de contestation populaire. Plusieurs citoyens manifestaient pour la 1er fois depuis longtemps. Chapeau à tout ceux qui se sont mobilisés le 24 septembre 2011.

Toutes ces voix mises ensemble démontrent qu’une société investie de ses citoyens peut réussir à ébranler les structures du pouvoir et à obtenir des gains significatifs. Nous lançons donc un appel à la continuité de la mobilisation.

Nous rappelons aujourd’hui en diffusant cette vidéo que pour obtenir la Commission Charbonneau il nous a fallu hausser le ton et descendre dans la rue.  Cette vidéo est donc un hommage à la force de la parole citoyenne.

[Plus d’information…]

oct 2012 11

Le Mouvement du 24 septembre est né spontanément sur les médias sociaux suite au rapport Duscheneau en réponse à notre indignation face aux allégations de corruption dans la gestion de nos fonds publics et dans le financement des partis politiques.

Les récentes révélations de l’entrepreneur Zambito devant la commission Charbonneau nous ont incité à repartir la mobilisation.  Nous avons appuyé l’initiative de Michel Binette,  citoyen à l’origine du rassemblement et, en 3 jours, avons organisé la mobilisation devant l’hôtel de ville de Montréal.

Nous y étions pour réclamer la démission du maire Tremblay qui, selon nos positions et celle de plusieurs chroniqueurs, n’a plus l’autorité morale et la légitimité pour gouverner la métropole.  Nous questionnons aussi  le soutien des membres du conseil exécutif de la Ville de Montréal.

Le mouvement du 24 septembre poursuivra sa mobilisation au fur et à mesure de l’évolution des travaux de la commission Charbonneau. Nous sommes là pour dire que nous ne banalisons pas le système de corruption et de collusion qui gangrène les paliers de pouvoir municipal et provincial et qui porte atteinte à notre confiance envers nos institutions publiques et politiques. Nous sommes là pour dire aux élus et députés que nous avons besoin de courage politique: le ménage doit se faire dans le financement des partis politiques et dans la façon de gérer l’argent des contribuables. Et, nous serons là pour exiger que les recommandations de la Commission ne soit pas tablettées.

Pour suivre l’évolution du mouvement, RDV sur le blogue et sur la page Facebook du Mouvement du 24 septembre.

[Plus d’information…]